[Livre] La Peau Froide

En cette fin d’année qui pousse à célébrer le meilleur de chacun, qui se nourrit du culte de la bonté et de la famille, il est des livres qui peuvent introduire quelques nuances à ce grand déballage. J’ai en tête La Peau Froide de Albert Sanchez Pinol [1].

La peau froide ce sont deux hommes qui fuient la société dont ils ont trahi les règles, et qui vivent sur une île déserte, un bout de terre oublié des bateaux. La peau froide, c’est l’histoire de deux hommes attaqués chaque nuit par une multitude de créatures mi-homme mi-poisson, et qui sombrent de fatigue. C’est l’histoire de deux hommes qui usent et abusent de la violence pour sauver leur peau. Mais la peau froide c’est surtout un récit sur la perception de l’autre et sur les limites de nos humanités. Le héros, dont on suit la dérive sur une année, se transforme. Il débarque sur l’île pétri de bonnes valeurs – il vient de renoncer à une société qui a trahi ses idéaux. Il rencontre un homme bourru, gardien du phare, exercé à la survie, qui maintient en esclavage une de ces étranges créatures, une femelle aux formes attractives. Et le héros apprend, change. Et le lecteur avec. L’auteur  joue avec nous. Il convoque nos réflexes éduqués et civilisés, invoque les conditions exceptionnelles qui nous font tout accepter : les massacres à la machette des hommes-poisson, le dynamitage des troupes ennemis, les viols répétés de cette créature –après tout elle ne semble pas s’en plaindre. Et notre héros, sous le coup du plaisir qu’il tire de ce corps esclave presque parfait à la peau froide, pense avoir trouvé un semblant de civilisation dans les échanges qu’il a avec elle, et avec son peuple. Le lecteur se surprend à espérer que la rencontre des civilisations aura lieu. Il encourage le héros. Curieux cette naïve utopie qui nous pousse encore à rêver de fusionner avec l’étranger, alors que notre quotidien regorge d’exemples de rejets flagrants.

La peau froide, c’est une année pour transformer un homme, une année où les mécaniques complexes humaines sont mises à mal. Un livre beau. Un livre dur. Idéal à offrir à vos vieux ennemis de famille pour Noël …

[1] La Peau froide de Albert SÁNCHEZ PIÑOL chez Actes Sud

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s