[Mots] Lectures Intimes

livre

Allongée sur le banc blanchi d’une station de ski désertée. Le livre balance au bout de mes mains, au dessus de mon visage. Pages crème. Mots alignés, patients, précis. Le grain Gallimard. Mes yeux s’égarent parfois dans le feuillage d’un érable rougeoyant qui m’abrite du ciel. Les lignes sont douces.

Assise en tailleur dans l’herbe tondue et humide. Reflets verts. Les coudes plantés sur chaque genou, les doigts plaqués sur les joues, le nez enfoui dans une écharpe moelleuse. Le livre, le même, placé devant mes chevilles croisées, soudé à mon regard. Les mots me protègent du froid.

Sur une chaise bancale en plastique, blanche et poussière. Les pieds dans le sable gris, parsemé de foin doré. Hennissements, foulée sonore des poulains, pas élégants des monstres puissants. Je m’installe face aux pages, transparente. Je m’oublie, hic et nunc.

Au fond d’un canapé, protégée par deux couvertures de grand-mère. Plantée dans un monde inconnu. Un plancher qui craque, un frigidaire vieillissant, une araignée aux pates longues et mécaniques, un papillon de nuit s’essoufflant dans une ronde folle. Qu’importe. Je fais un sort à ce livre.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s