Me, myself and I en harmonie (un peu plus)

my buddha

Depuis un an, bientôt, il y a une chose qui a révolutionné ma petite vie intérieure. Outil de survie, d’accompagnement nécessaire : la méditation – le courant de la pleine conscience. La découverte des émotions, la gymnastique intellectuelle de savoir quoi en faire, la capacité de reposer son esprit et de le rendre moins sensible au chaos de notre monde. Voilà ce qui m’a sauvée d’un naufrage qui pointait le nez. Je ne vais pas vous expliquer la méditation (vous avez sans doute DuckDuckGo, comme moi), mais je souhaite partager les quelques conséquences que cette pratique a eu sur ma façon d’aborder chaque matin.

Penser présent. Se défaire des projections futures, paris improbables et enchaînés. Combien de fois, lâchant prise sur le timing parfait, ai-je été surprise par une situation qui se déroulait si bien, dans le bonheur, en gérant l’imprévu en souriant. Exit le planning et l’anticipation. Exit cette tension qui oblige à être bien ici, et dans le lointain, avec toutes les hypothèses remaniées sans cesse, en live, en permanence. Exit tout ça. Bienvenu la sérénité.

Respecter son émotion. Marquer un temps, reconnaître et accueillir l’émotion, décider de sa réaction (sauf cas extrême de colère, on a le droit de tout envoyer bouler). Décider de mes réactions m’a permis de pratiquer de nouvelles stratégies : le silence, la fuite, la demande de délai, toutes ces choses que je ne me permettais pas jusque là, parceque, parceque, … allez savoir pourquoi.

Le moins de jugement. J’ai mes valeurs fondatrices – qui m’appartiennent. Et puis il y a mes comportements. Et entre les deux, un écart. Toute la richesse et la subtilité de la vie. Loin de juger mes faux pas, mes incidents, mes merdouillages, j’apprends à faire avec. Et à ne pas grossir mon panier de culpabilités inutiles. A réparer plutôt que de m’en vouloir. Alléger mon pas, donc.

S’économiser. Placer son énergie pour ce qui nous fait du bien (ce bien que l’on sait reconnaître puisque nos émotions nous l’indiquent). Je pensais savoir le faire. Je le fais mieux. Mais ce que je ne faisais pas ou à moitié, c’était faire le tri. Dire non. Repousser les choses, les gens qui peuvent me faire du mal (ce mal que l’on sait reconnaître puisque nos émotions nous l’indiquent, okay, vous avez compris, notre corps, ce héros). Ne pas saisir toutes les occasions de la vie, surtout si tout chuchote “non, il ne vaudrait mieux pas, I would prefer not to”, y inclus vos papillons de peur dans le ventre.

Ces changements ne sont pas arrivés en quelques jours, ni en trois mois. Il m’a fallu une année d’expérimentation, à mon rythme. Pas de routine, pas de challenge, juste des tests, des méditations plus ou moins régulières. La motivation de continuer prenait racine surtout dans mon ressenti. Le constat qu’une vie parsemée de moments de tranquillité, de sas de décompression, tels que la méditation en propose, est une vie qui s’apprécie plus, qui ne vous met pas à terre à la moindre embûche, même lorsque on se sent fragile. Bien sûr, il y a des hauts, des bas, des contrastes, des moments difficiles, des descentes, mais je ne crois pas qu’il soit écrit (ailleurs que sur les réseaux sociaux) que la vie doit toujours être splendide et magnifique.

Bref, cette vie, un peu nouvelle, est juste plus savoureuse, intense, et franchement joyeuse parfois. Un truc équilibré, que je souhaite à chacun.

Et puis …

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s