[Mots] Bain d’étoiles

17 Août. 21h18. Pein sud.

Un homme s’avance sur le trottoir, dans la pénombre. Il promène un parasol. Insolite. Passage piéton et lampadaire. Je tremble légèrement sous le souffle chaud des voitures lumineuses, bruyantes, rieuses. Je franchis les marches de béton qui conduisent au sable froid. Robe et chaussures gisent un instant plus tard sur la grève presque déserte. Leur blancheur servira de repère dans l’obscurité prochaine. Je devine les milliards de cailloux minuscules, je les sens, tranchants. Mes pieds s’y enfoncent, passent du frais à l’humide. J’oublie ce sol mouvant, distraite par le frôlement tiède des vagues.

Mise à l’eau. Dans l’ordre. Cuisses. Mains. Fesses. Nombril. Épaule  Nuque. En vrac. Allègement de l’esprit. Du corps. Futilité des ancres. Un début de liberté.

Puis la nage. Après quelques brasses, je porte la mer, comme une robe, immense et lourde. Sa surface s’assombrit lentement. Se lisse. A peine courbée par les timides remous. Mousse noire et armée d’algues droites pour seuls obstacles. Quelques plaies salées piquent ma peau.

Les étincelles des bars, roses, vertes, n’entachent guère l’horizon, qui se fait bleu, puis gris, puis rien, écrasé entre un ciel sombre et une mer profonde. Il fait nuit. Il fait silence.

Je suis entre parenthèse, vulnérable, oublieuse. Au centre de tout. Un point ballotté sur l’eau. Un corps de plus, dilué.

Enfin. Les étoiles.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s