[Mots] Mécaniques Humaines

poulies

Cette nuque qui s’incline. Notre patience étirée, distendue, blanchie. Qui cède brusquement pour empourprer nos joues, redresser un regard. Ces poulies qui s’activent pour rétablir les équilibres.

Ce sourire en coin. Reflet discret de nos désirs. Qui décore de lampions rouges le fil de nos échanges. Qui sublime nos élucubrations sur la pluie et le beau temps en promesses d’infini.

Ce regard diablement droit. Continuité d’un corps pilier, d’une volonté certaine, d’un élan raisonné. Monolithe en mouvement.

Cette main qui fuit et s’efface. En fluides esquisses et agiles glissades. Première pierre d’un monument de fracture. Cette main traîtresse disparaît laissant un souffle de vide.

Cette voix éraillée. Qui peine à monter. Se pose et s’éteint, étouffée. Harmoniques désordonnées, parsemées de notes perdues, de sons transparents.

Nous ne sommes que mécanique, niveaux, poids et pistons. Ajustés sans cesse. Que la vie parfois caresse, d’un répit temporaire, d’un équilibre futile.

One comment

  1. J’aime beaucoup ce texte lapidaire. Tu pourrais envisager d’écrire un livre entier tout en nuances et où l’histoire se lit en filigrane. C’est beau. C’est sensuel. à développer. Continue à explorer ce style, il y a vraiment quelque chose. Comme je vois que tu accordes un certain intérêt à l’art, je vais t’adresser quelques images de …mes toiles à l’huile (en toute confidence). Pour le reste, les sujets techniques etc. je n’ai pas de commentaire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s